La Chronique du mois

Chaque mois, La Région Nord Vaudois invite Karine Tissot à rédiger une chronique en page 2 du journal.


Cedric Bregnard, Olivier de Vouves 3000 ans, 2017, encre sur papier ©Claude Cortinovis

Des « Immortels »

Reçu à l’époque au concours d’admission de l’école de photographie de Vevey avec pourtant un portfolio de dessins, le photographe Cedric Bregnard a renoué avec la pratique de la ligne depuis peu au profit de grands formats réalisés à l’encre de Chine. La photographie reste cependant présente, participant activement au processus de ses créations, mais elle ne constitue plus l’objet fini de son travail. Désormais, Bregnard tente de rendre la grandeur totémique d’arbres multimillénaires par le trait noir, souple et vibrant sur des lais de papier kraft. Entendez bien par-là que l’un des plus vieil arbre au monde compterait 7 200 ans. C’est un cèdre. Il vit au Japon. L’artiste apprend l’existence pour la première fois en 2010 de « Jomon-Sugi » de son petit nom. Depuis, il s’est donné comme mission de rendre compte de ce qu’il nomme les « Immortels », autrement dit douze essences d’arbres millénaires de son choix. Un arbre, une culture. Il s’est rendu en France pour rencontrer le plus vieux chêne, en Grèce pour le plus ancien olivier, en Sicile pour le vieillard des châtaigniers, au Sri Lanka pour le doyen des figuiers, en Chine pour un vénérable ginkgo, au Japon pour un cèdre, au Sénégal pour un baobab. En terre helvète, c’est le mélèze qui a retenu son attention. Plus que de recherches, il s’agit de rencontres : Cedric Bregnard tente de cerner le « portrait » de chaque arbre après avoir observé son contexte, contourné sa stature, humé son parfum, photographié, croqué sa forme et sa matière. Chaque dessin traduit des gestes à la fois précis et amples. L’encre coule par endroits, rejoignant les sillons dessinés des écorces, autant de rides exprimant un plissé d’histoire. Mais n’y aurait-il pas quelque chose de l’ordre de l’autoportrait si l’on s’en réfère à la parabole de Paul Klee ? « L’artiste se trouve […] dans la situation du tronc. Sous l’impression de ce courant qui l’assaille, il achemine dans l’œuvre les données de sa Vision. Et comme tout le monde peut voir la ramure d’un arbre s’épanouir simultanément dans toutes les directions, de même en est-il de l’œuvre. Il ne vient à l’idée de personne d’exiger d’un arbre qu’il forme ses branches sur le modèle de ses racines. Chacun convient que le haut ne peut être un simple reflet du bas. Il est évident qu’à des fonctions différentes s’exerçant dans des ordres différents doivent correspondre de sérieuses dissemblances. » Les hommes passent, les arbres demeurent et les « Immortels » s’exposent…à Okinawa et à Vullierens (sic) ce printemps, à Genève cette année, dans le Jura cet été et bientôt en Chine!

Karine Tissot – Juillet 2017

Nous suivre sur les réseaux sociaux  
Ville d'Yverdon-les-Bains
   
   
2013 - d&DA: so2design.ch